top of page
  • Photo du rédacteurPLATEFORMEJAUNE

21 JANVIER 2024 CENTIEME ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE LENINE: LA REVOLUTION TRAHIE PAR LENINE MASSACREUR DES OUVRIERS ET PAYSANS AVEC SON COMPLICE CRIMINEL TROTSKY ...

Dernière mise à jour : 28 janv.















TELECHARGEZ LE RECUEIL HISTORIQUE SUR LA TERREUR DE LA TCHE-KA

ENVIRON 1 700 000 VICTIMES PRINCIPALEMENT DES OUVRIERS ET DES PAYSANS


tchekamateriauxe00part
.pdf
Download PDF • 14.42MB

Lénine, cette icône historique dont le centenaire de la disparition invite irrévérencieusement à contempler les ombres de son règne sous de nouveaux éclats. Si les fidèles disciples de Lénine s'accrochent parfois avec la ferveur de curés à un saint, on ne peut ignorer que leur sacralisation passionnée ressemble parfois plus à un culte des imbéciles qu'à une compréhension nuancée de son héritage. Certes, il est aisé de tomber dans la vénération ou la condamnation sans appel, mais c'est oublier que l'histoire, comme un bon roman, est riche en nuances de gris.


Les événements historiques comme la révolution russe sont à la fois un terrain fertile pour l'humour noir et une mine d'enseignements. Entre les débats académiques et les blagues à l'ombre de la faucille et du marteau, il est indispensable de garder l'esprit critique et le sourire. Après tout, refaire le monde, c'est un travail sérieux, mais qui sait mieux que votre dévoué JEAN GILLOT que l'on peut mêler le rire et la réflexion ? Sur ce, camarades du temps et de l'esprit, que l'histoire continue de nous inspirer, peut-être avec moins de goulags et plus de gags !


PAUSE HUMOUR ET TASSE DE CAFE


Salut les TikTokeurs! Vous êtes tombés sur la perle du jour: une vidéo qui explose le compteur avec plus de 3 000 vues et plus de 450 pouces levés! Imaginez Jean-Pierre Mercier et Nathalie Arthaud, les célèbres têtes d'affiche de "lutte ouvrière"... Allez, clique sur "J'aime" toi aussi...






REDEVENONS SERIEUX ...


Le but de cette brève n'est pas de fournir un compte rendu complet exhausitif, mais plutôt d'encourager nos abonnés à explorer au-delà des deux ouvrages que nous avons mentionnés. Ce n'est pas notre intention de remplacer les travaux des historiens. Cependant, nous revendiquons le droit d'exprimer nos perspectives selon une vision prolétarienne.


En cette année marquant le centenaire du décès de Lénine, nous tenons avant tout à souligner une maxime à la fois cinglante et pleine de sagesse : seuls les imbéciles, les curés et les adeptes des sectes trotsko-stalino-maoïstes refusent de changer d'avis.


Cette capacité à évoluer est essentielle car, en tant que militants ouvriers de longue date, nous devons reconnaître que certains parmi nous ont été autrefois captivés par la vision trotskiste de la révolution d'Octobre 1917. Celle-ci nous était décrite comme une première tentative de transition vers le socialisme, soit disant 'trahie' par le seul Staline, idée s'ancrent durablement autour du livre de Léon Trotsky intitulé "La Révolution trahie".


Or, aujourd'hui, avec une certaine humilité renouvelée face à la connaissance historique, nous admettons que nos compréhensions antérieures doivent être remises en perspective. Les archives russes récemment ouvertes et les recherches historiques les plus récentes suggèrent que le stalinisme trouvait déjà une partie de ses origines dans le jacobinisme de Lénine. Bien que nous ne soyons pas historiens de profession, mais militants engagés et concernés, nous nous trouvons confrontés aux répercussions de la tragédie stalinienne : l'enjeu est la reconstruction de l'espérance communiste à la lumière d'une recherche historique sans concession.

 

À nos presque cinq mille abonnés les plus fervents, nous recommandons donc la lecture attentive et critique de "La Terreur sous Lénine" de Jacques Baynac, ainsi que des écrits d'Étienne Lesloug sur la répression à Kronstadt, qui viendront compléter notre réexamen de la doxa léniniste-trotskiste, cette dernière ayant fait une apparition notable dans nos publications antérieures : [CLIQUEZ SUR CE LIEN]


Présentation du livre de Jacques BAYNAC


En 1975, Jacques Baynac, historien et communiste conseilliste, avait mis en lumière les aspects autoritaires et oppressifs de l'appareil d'État 1917 dans son livre pionnier "La Terreur sous Lénine". Près d'un demi-siècle plus tard, les éditions L’Échappée ont opté pour republier cet écrit en 2024, marquant ainsi le centenaire de la disparition de Lénine. Face à une tentative de révision historique et une possible réhabilitation de Lénine, il devient crucial de réexaminer les origines du régime autoritaire qu'il a établi, notamment avec la création de la Tchéka en décembre 1917. Cette police secrète, qui allait plus tard devenir le NKVD et superviser les camps infâmes du Goulag, a incarné le versant oppressif du gouvernement bolchevik. La nouvelle édition enrichie de "La Terreur sous Lénine" inclut une série de documents révélateurs, éclairant sous un jour sans concession le système de gouvernance de Lénine, synonyme de terreur. Des textes émanent aussi bien de sources officielles que de critiques de la période soviétique, comme W. Woïtinsky et Martov, ainsi que des écrits posthumes d'Alexandre Skirda analysant la contre-terreur et d'autres auteurs tels que Raymond Duguet et Michel Heller. D'intérêt particulier dans cette édition est l'inclusion d'une étude critique de 1922 intitulée "La répression de l'anarchisme en Russie soviétique", rédigée par des anarchistes russes exilés et publiée en 1923, ce qui en fait un témoignage historique vital pour comprendre la dynamique de la révolution russe.


Nous recommandons également la lecture de Cronstadt 1921 CHRONIQUE A PLUSIEURS VOIX DE LA REVOLTE DE CRONSTADT 1921 qui est un récit polyphonique du soulèvement des marins et de son écrasement : Le débat autour de la violente suppression du soulèvement des marins dans la port avancée de Petrograd en mars 1921 agite, depuis cent ans, les léninistes et les divers courants du mouvement ouvrier. Cet événement est le « crépuscule ensanglanté des soviets », alors que les premiers soutiennent la nécessité impérieuse pour les bolcheviks de neutraliser la forteresse, tout en admettant, pour certains, la légitimité partielle des revendications et l'honnêteté des insurgés. Etienne Lesourd a pris l'initiative de confronter et de fusionner les écrits de différents bords – en prenant soin, bien entendu, de corriger les erreurs ou les tromperies présentes dans ces récits. En sympathie avec les rebelles, l'éditeur cherche à toucher du doigt une forme d'objectivité, tout en reconnaissant qu'il n'atteindra pas une neutralité totale...


En conclusion: PLATEFORMEJAUNE s'efforce de porter un programme pour prévenir un n-ième révolution socialiste trahie...

 

Il est à préciser que nous restons attachés à la nécessaire dictature du prolétariat, et nous n'excluons pas le recours à la violence révolutionnaire contre la réaction bourgeoise prévisible et probable. Cependant, le recours à la violence révolutionnaire est une contrainte dans une période transitoire de lutte contre les forces de la réaction. Elle ne peut en aucun cas servir de prétexte à étouffer la pluralité des différentes tendances du mouvement communiste et anarchiste, et étouffer la liberté de parole au sein du mouvement ouvrier.


Notre critique porte clairement sur ce qui a été mis en œuvre par Lénine, rallié par le jeune Trotsky : la répression massive de la classe ouvrière et paysanne, mais aussi de toutes les tendances oppositionnelles de gauche, dont les anarchistes. Nous critiquons également le projet économique porté par Lénine qui prenait comme modèle le capitalisme d'État allemand.


 Aujourd'hui, nous ne pouvons pas passer sous silence notre déplorable exclusion par des tchékistes lors de l'assemblée générale interprofessionnelle du 20e arrondissement l’année dernière lors de la lutte contre la réforme de la retraite, parce que nous avions alors exprimé dans un groupe de discussion des oppositions à l'orientation réformiste. On peut penser que dans un contexte révolutionnaire, les mêmes qui palabrent sur la « démocratie ouvrière » n'hésiteraient sans doute pas à nous faire fusiller...



/* EXPULSION DE PLATEFORMEJAUNE DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE INTER PROFESSIONNELLE DE MÉNILMONTANT 75020 CLIQUEZ SUR LE LIEN:


*/


En faisant le bilan, nous avons choisi d'amender notre plateforme où nous précisons notre vision du communisme, qui se veut un mouvement historique vers l'abolition de toute forme de rapports d'exploitation et de domination politique, avec des mécanismes de sécurité : l'organisation horizontale du pouvoir en comités avec des délégués exécutants contrôlés par la base, par le mandat impératif et la révocabilité permanente des délégués. Dans notre plateforme politique, nous alertons nos frères prolétaires que la contre-révolution peut aussi venir de nos propres rangs, car l'esprit « tchékiste », jacobin et bourgeois, est toujours bien vivant et constitue un danger mortel pour le succès d'une révolution sociale. La dictature du prolétariat doit être dirigée contre les exploiteurs et ne doit pas se confondre avec la dictature d'une petite bureaucratie tchékiste issue et dirigée bien souvent par des éléments petit-bourgeois non prolétariens qui avancent masqués : c'est ce que l'on peut appeler la cinquième colonne du mouvement ouvrier.


EXTRAIT DE LA "TERREUR SOUS LENINE" SUR LE MASSACRE DES OUVRIERS D'ASTRAKHAN ...ET OUI IL N'Y PAS EU QUE CRONSTADT...


Le massacre des ouvriers d'Astrakhan fait référence à un épisode violent de la révolution russe, qui s'est déroulé dans la ville d'Astrakhan, située au sud de la Russie au bord de la Volga. Cet événement eut lieu en mars 1919, durant la guerre civile russe. À Astrakhan, la tension a éclaté lorsque des ouvriers et des marins se sont mis en grève pour protester contre les conditions de vie difficiles et le décret imposant le travail obligatoire établi par le gouvernement bolchevique. Les ouvriers exigeaient de meilleures rations alimentaires, la fin de la détention de personnes sans procès, et un changement dans la politique de mobilisation de l'armée.


Les forces armées tchekistes ont ouvert le feu sur les grévistes et les manifestants, et il est rapporté que de nombreux travailleurs ont été tués ou noyés dans la Volga après avoir été jetés depuis des barges. Cet épisode sanglant est représentatif de la répression brutale dont les opposants aux Bolcheviks ont été victimes pendant la guerre civile. La censure et la répression politique empêchèrent l'information sur le massacre d'être largement connue à l'époque, et il demeure moins connu que d'autres atrocités de la période.






















LENINE LE DIRIGEANT ZELE DE LA VETCHEKA....


Selon cet extrait Lénine était partisan d'une dictature personnelle, et donc théorisa le culte de la personnalité de Staline et tous les tyrans mégalomanes qui ont suivi...




QUELQUES EXTRAITS DU LIVRE SUR CRONSTADT


AUX CAMARADES OUVRIERS ET PAYSANS..."Maintenant, c'est TROTSKY, ce criminel, qui lance sur nous nos fils et vos enfants"



















111 vues0 commentaire
bottom of page