top of page
  • Photo du rédacteurPLATEFORMEJAUNE

EXPULSION DE L'IMAM MAHJOUBI: LA CRITIQUE DE LA RELIGION EST SAINE ET NÉCESSAIRE !!!!

LES DELIRES OBSCURANTISTES ULTRA REACTIONNAIRES DE L’IMAM MAHJOUBI QUI EXPLIQUENT CANDIDEMENT QU’IL FAUDRAIT LIGOTE LES FEMMES…




Chez PLATEFORMEJAUNE, avant de vous régaler avec quelques pépites judiciaires croustillantes relatives à l'expulsion de notre cher imam, nous tenions à réaffirmer notre aversion pour cette mesure que nous trouvons brutale. Pourquoi cette réaction, demandez-vous? Deux raisons :

  • Premièrement, cela nous semble "liberticide" – oui, nous avons osé créer ce mot. Nous plantons fermement nos fourches sur la colline de la liberté d'expression, défendant le droit inaliénable de tout un chacun à propager des diatribes aussi délirantes que celles d’un complotiste en pleine éclipse.

  • Deuxièmement, cette expulsion met en péril la sécurité matérielle de sa famille et de ses enfants. Nous croyons dur comme fer que la véritable bataille des idées se gagne dans l'arène de lutte politique des idées pas à coups de bâton, sauf si notre adversaire brandit ledit bâton en premier, bien sûr.

Et juste une petite mise en perspective pour finir sur une note plus légère : si notre imam avait eu l'audace de critiquer un drapeau national dans des contrées comme l'Algérie, le Maroc ou l'Iran – endroits où il est aussi bien vu qu’un téléphone portable en 1920 – il n'aurait pas juste été expulsé. Non, il aurait très probablement eu droit à un abonnement à vie aux barreaux étroits d'une cellule, ou pire, un tête-à-tête final avec la Faucheuse.


LA CRITIQUE DE LA RELIGION EST SAINE ET NÉCESSAIRE !!!!


En réponse aux bas du plafond, islamogauchistes véritables, apologistes du ramadan et de la religion, insultant de "facho", quiconque refuse de se réjouir du cirque obscurantiste, il est temps de clarifier les choses. Pourtant, il est essentiel de reconnaître que la critique n'est pas un appel à retirer la liberté de croyance individuelle. Nous insistons sur le fait que chacun doit être libre de ses propres convictions, tout en soulignant que la promotion active d'une religion, surtout lorsque cette promotion va à l'encontre de l'intégrité des travailleurs et des femmes, doit être scrutée et contestée avec véhémence. « La religion est la conscience de soi et le sentiment de soi de l'être humain, qui ou bien n'est pas encore entré en possession de lui-même, ou bien s'est déjà reperdu » (Marx, 1844, p. 71). Ceux qui se prétendent de « gauche », pire de Marx, et apportent un soutien implicite ou explicite à une religion, l’islam, culte dégénéré selon le même Marx, une religion qui reste fondamentalement une machine à opprimer les femmes, est une preuve soit d'une totale ignorance, soit d’une complicité implicite avec le pire de la réaction. Dans l’ouvrage "L'origine de la famille, de la propriété privée et de l'État", Engels nous apprend que la religion prend son essor à l'ère du néolithique, époque où l'élevage se substitue à la chasse et à la cueillette. Durant cette période, la production de biens matériels décuple, mettant désormais les hommes à l'abri du besoin, ce qui occasionne, au fil du temps, la création d'un patrimoine. La transmission de ce patrimoine entraîna chez les hommes le besoin d'être certains de leur paternité. À partir de là se sont développées l'exigence de la virginité des filles avant le mariage et la répression de l'adultère féminin - d'où les châtiments corporels, jusqu'à la lapidation, qui existaient dans la loi religieuse juive, et continue de se pratiquer dans plusieurs pays islamiques. Ce n'est donc pas la religion qui a fait l'homme, mais l'homme qui a fait la religion, ET DANS LE SEUL BUT DE CODIFIER L'OPPRESSION DES FEMMES. Dès lors la religion entre dans l'histoire comme fidèle servante des classes dirigeantes pour maintenir ET JUSTIFIER l'inégalité sociale, d’où le formidable combat que mena le mouvement ouvrier contre la prêtraille. On trouve encore trace de ces luttes et la haine qu'inspirait ces dealers d'illusions soporifiques dans une multitude de chansons révolutionnaires d'époque. À peine étions-nous débarrassés de l'hydre religieuse sur le continent européen, que celle-ci revenait sous la forme du "ramadan", suite à une immigration de masse. Il est bien évident pour un marxiste - voire un individu de gauche qui se respecte - que chacun est libre de croire en ce qu'il veut, tant qu'il n'embête personne. De là à faire la promotion d'une religion, qui par nature - faut-il le répéter - est une machine de guerre au service des puissants, contre les travailleurs et les femmes, il y a un gouffre à ne pas franchir !!!! Bien évidemment, nos lamentables confusionnistes petits-bourgeois de la gauche bourgeoise, et de sa nébuleuse de groupes gauchistes liberto-trotsko-mao-stalinoïdes franchissent allégrement par opportunisme, pour les premiers celui d’aller à la mangeoire électorale, pour les seconds pour des raisons bien obscures : faire du réformisme à deux balles sans chercher à se faire du fric, c’est purement sombrer dans le gouffre de l’idiotie… Quelque part, Mélenchon et sa bande d’arrivistes sont bien plus avisés que les pignoufs des NPA, Révolution permanente et autres sectes gauchistes…


POUR LIRE NOTRE DOSSIER COMPLET SUR NOTRE BLOG SUR LA RELIGION ET UNE CRITIQUE MARXISTE DE L'ISLAMOGAUCHISME CLIQUEZ SUR CE LIEN

QUELQUES CITATIONS POUR LES IGNARES DU MARXISME:


Marx sur la religion comme opium du peuple: "La misère religieuse est, d’une part, l’expression de la misère réelle et, d’autre part, la protestation contre la misère réelle. La religion est le soupir de la créature opprimée, l’âme d’un monde sans cœur, tout comme elle est l’esprit de dispositions sociales où l’esprit est exclu. Elle est l’opium du peuple." Karl Marx, "Critique de la philosophie du droit de Hegel. Introduction" (1844).

Marx sur la religion et l'aliénation: "L’aliénation religieuse, comme nous l’avons montré, repose sur l’aliénation économique, sur le renversement du monde, sur la contradiction entre l’esprit et la réalité de l’homme." Karl Marx, "Manuscrits de 1844" aussi connus sous le nom de "Manuscrits économiques et philosophiques de 1844" (publiés pour la première fois en 1932).


Engels sur la religion dans la lutte des classes: "Avec l'effondrement de la société matriarcale l'opposition entre les sexes se transforme en une contradiction, puis en antagonisme qui se perpétue et s'intensifie jusqu'à nos propres jours... Cette victoire de l'homme sur la femme fut la première grande défaite du sexe féminin dans l'histoire du monde. Elle entraîne aussi l'esclavage sexuel de la femme, subordonnée au seul plaisir de l'homme et simple machine à produire des enfants. Cette dégradation de la femme a été d'autant plus grande que, partout, avec la monogamie, s'établissent la domination de l'homme, la prostitution manifeste ou cachée des femmes, etc. Voilà ce qu'a produit indirectement la grande 'conquête historique' du mâle, le 'patriarcat'. Et il ne pouvait en être autrement. La première division du travail est celle qui s'est faite entre l'homme et la femme pour la procréation des enfants." Friedrich Engels, "L'Origine de la famille, de la propriété privée et de l'État" (1884), Chapitre II. La famille. TEXTE INTEGRAL https://www.marxists.org/francais/engels/works/1884/00/fe18840000.htm



LES PEPITES REACTIONNAIRES DE L’IMAM MAHJOUBI










LIEN VERS UN SITE IRANIEN....SUR LE SORT DES FEMMES AU PAYS DE LA CHARIA...






 

35 vues0 commentaire

Comments


bottom of page